Château Bel-Air à Pomerol

Le château Bel-Air a été acquis en 1914, juste avant la grande guerre par la famille Sudrat (les arrière grands parents de Véronique).

Depuis deux générations, la transmission se fait par les femmes.

La propriété est située sur la commune de Pomerol au cœur géographique de l’appellation sur un sol sablonneux et graveleux sur certaines parcelles, avec une sous–couche de crasse de fer et d’argile verte.

  • Encépagement : 95% merlot et 5% cabernet sauvignon.
  • Culture traditionnelle avec pratique des labourages, pas de désherbage.
  • Culture raisonnée en limitant les traitements fongicides, produits CMR exclus.
  • Taille restrictive, contre – ébourgeonnage, effeuillages et vendanges vertes.
  • Vendanges manuelles avec égraineur et table de tri.
  • Encuvage gravitaire en baies entières. Pigeage sur cuves de petite capacité.
  • Les fermentations sont  thermorégulées sur 20 jours environ. Le vin est élevé en fûts, renouvelés par tiers tous les ans. L’élevage dure entre 12 à 18 mois suivant les millésimes.
  • Une dégustation permet de faire la sélection du 1er vin « Château Bel-Air » et du second vin « Château l’Ermitage de Bel – Air ».La mise en bouteilles intervient 18 à 20 mois après la récolte environ.
  • Œnologues : Derenoncourt Consultants : Frédéric Massie & Romain Bocchio.
0
Date de création
0 ha
Superficie de la propriété
0 ans
Age moyen du vignoble

Palmarès et revue de presse sur nos derniers millésimes

Millésime 2016

  • le Point – Jacques Dupont : 15
  • Terre de Vins : S’il faut acheter un seul cru classé ou assimilé, c’est celui-là. Dans un pur registre Pomerol, sa robe est très concentrée, tandis qu’il déroule un nez de violette et d’iris. La bouche est d’encre. La structure à la fois archi-dense et soyeuse. Aristocratique.
  • James Suckling : 92-93
  • Gault et Millau : 16 – 17,5. Frais, soyeux, une belle patine avec de la fraîcheur, de la légèreté et un réel équilibre.

Millésime 2015

  • Sélection Guide Hachette : une étoile.
  • Le Figaro Magazine : Bernard Burtschy : 15. Un vin souple, assez bien typé, longueur moyenne, joli moelleux en finale, un peu sec. 3-12 ans.
  • James Suckling : 94-95.
  • le Point – Jacques Dupont : 14,5. Fruits rouges, bouche souple, ronde en attaque, tendue ensuite, frais et gourmand. Optimal en 2020.

Millésime 2014

  • Sélection Guide Hachette
  • James Suckling : 92
  • Le Figaro Magazine – 26 Oct. 2018. Note : 16.5. Nez de noyau de cerise, fruits rouges, poivre blanc. Vin juteux, fruité, équilibré, structuré, très bien fait, racé, tanins ronds, finale longue et tendue.
  •  Vinifera Jacques Perrin : très bon vin ***/*. Parfum de violette, de réglisse et de fruits rouges. Beau volume de bouche et belle suite, continue, sur un tanin délicatement sculpté.
Contact Us

We will answer you quickly.

Illisible ? Changer le texte. captcha txt